Le Consortium en foresterie frappé par l’austérité libérale

L’austérité libérale force le Consortium en foresterie à mettre fin à ses activités de recherche et de transfert des connaissances

Québec, le 18 juin 2015 – Le député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts, Sylvain Roy, dénonce vivement le manque d’appui financier au Consortium en foresterie Gaspésie-les-Îles qui se voit dans l’obligation de mettre fin à ses activités, puisqu’il n’a plus les fonds suffisants pour poursuivre sa mission. Le député, qui était présent à l’assemblée générale de l’organisation jeudi à New Richmond, s’est engagé à aider les partenaires à trouver des solutions pour que le Consortium puisse reprendre ses activités de recherche.

« Le gouvernement de Philippe Couillard poursuit son abandon de l’industrie forestière et des régions du Québec. Dans le cas du Consortium, on prend les professionnels qui connaissent le mieux la forêt en Gaspésie et on les envoie au chômage. Le Consortium était une véritable référence en Gaspésie, mais aussi ailleurs au Québec. Ses recherches permettaient aux différents acteurs de la forêt comme les industriels, les ministères, les coopératives forestières, les firmes de consultants, les intervenants de la forêt privée et plusieurs autres de planifier l’aménagement durable de la forêt gaspésienne. C’était un outil essentiel et il n’y a désormais plus personne pour s’occuper de la planification et de la connaissance forestière dans la région. », a déclaré Sylvain Roy.

Les mauvaises nouvelles s’accumulent

Le porte-parole de l’opposition officielle soutient que cette fermeture s’inscrit dans un contexte plus large d’attrition de l’économie forestière québécoise. Les mauvaises nouvelles s’accumulent depuis que le gouvernement libéral a été élu il y a un peu plus d’un an.

« Fermetures d’usines, réduction de 30 % des budgets de la forêt privée, coupures dans les programmes de recherche, problèmes de certification FSC, on se demande à quel moment s’arrêtera l’hémorragie du secteur forestier. Le gouvernement a clairement abandonné les travailleurs de la forêt québécoise. Il doit rapidement s’attaquer aux problèmes qui touchent le secteur forestier et à rétablir le financement des organismes essentiels à l’économie de la forêt. », a conclu le député de Bonaventure.