CPE: les coupes libérales font mal aux familles gaspésiennes

IMG_2453

En compagnie du Réseau des services à la petite enfance de l’Est-du-Québec (Respeq), le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a dénoncé, lundi à Chandler, les conséquences néfastes des coupes libérales dans les Centres de la petite enfance (CPE) pour les familles gaspésiennes, dans un contexte de surplus budgétaire gouvernemental.

« En plus de mettre à mal le modèle des CPE, au cœur de la politique familiale et qui fait la fierté du Québec depuis plus de 20 ans, le gouvernement de Philippe Couillard s’est littéralement attaqué aux familles gaspésiennes en modulant les tarifs de services de garde. Alors que le gouvernement a dégagé un surplus de près de deux milliards de dollars au cours des huit premiers mois de l’année 2016-2017, les familles, elles, ont vu leurs tarifs de garde augmenter significativement. C’est totalement inacceptable! En plus d’augmenter les tarifs, le gouvernement a coupé dans les budgets des CPE. À titre d’exemple, au CPE La Belle Journée de Chandler, avec le nouveau mode de calcul, c’est 127 000$ en moins seulement cette année et de 2013 à 2016, le budget a été coupé de 250 281$, ce qui représente 20% de l’enveloppe de fonctionnement. Inévitablement, ce sont les services aux enfants qui sont amputés, » a dénoncé Sylvain Roy.

Plus de privatisation

« En coupant dans les CPE, le gouvernement abandonne les enfants, les familles et les éducatrices. Il sacrifie un réseau qui a permis à des milliers de mères d’intégrer le marché du travail, à des milliers d’enfants ayant des besoins particuliers d’avoir une place en garderie. De plus, il démantèle le réseau pour privatiser de plus en plus l’éducation à l’enfance. S’il a à cœur les familles de la région et l’avenir de nos enfants, le gouvernement doit cesser la modulation des tarifs et réinvestir massivement dans les Centres de la petite enfance, » a conclu le député.