Coupures de budgets en santé publique

COMMUNIQUÉ

L’austérité libérale frappe de nouveau

Les budgets de santé publique de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine amputés de 663 800 dollars

Carleton-sur-Mer, le 5 mars 2015 – Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, dénonce les coupes de 663 800 dollars en santé publique qui seront imposées à la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine à compter du 1er avril prochain. Pour tout le Québec, ce sont 23,7 millions de dollars de coupes.

« Peu importe l’économie qu’elles peuvent représenter pour le gouvernement à court terme, ces coupes auront inévitablement de graves conséquences à moyen et à long termes pour la santé de notre population et pour les finances du Québec. Les directions régionales de santé publique devront inévitablement couper dans leurs services », a déclaré Sylvain Roy.

Rappelons qu’en septembre dernier, lors du dépôt du projet de loi 10, le ministre Gaétan Barrette avait annoncé son intention de couper 20 millions en santé publique; on apprend maintenant qu’il met de nouveau la hache dans un programme pourtant essentiel et coupe 3,7 millions supplémentaires. C’est injustifiable.

« La santé publique, c’est entre autres la vaccination, la surveillance des maladies infectieuses, la prévention du tabagisme, le dépistage du cancer etc. Ces exemples nous montrent qu’on ne coupe pas dans les structures, comme on voudrait le faire croire, mais bien dans les actions qui ont un effet positif sur notre quotidien. Ces coupes sont un autre mauvais choix du gouvernement en matière de santé. Déjà sous-financée au Québec, la santé publique est pourtant loin d’être une dépense; c’est plutôt un investissement, car elle évite d’avoir recours à un arsenal thérapeutique extrêmement coûteux. Le gouvernement actuel, dirigé par des médecins, devrait promouvoir la santé et pas seulement s’occuper de la gestion de la maladie », a ajouté M. Roy.

Pour chaque dollar investi en prévention et en santé publique, le retour est incontestablement supérieur à l’investissement. À titre d’exemple, un dollar investi dans la lutte contre le tabagisme nous évite une dépense de 20 dollars en thérapie de toute sorte. « Où est la logique qui guide les choix de ce gouvernement? Pourquoi couper des investissements qui rapportent autant? », se demande le député de Bonaventure.

– 30 –