Baisse des investissements routiers en Gaspésie

Réfection du réseau routier en Gaspésie

Encore une baisse importante des montants annoncés

Québec, le 3 mars 2015 – Le député de Bonaventure Sylvain Roy déplore la diminution des montants annoncés l’été dernier pour la remise en état des routes dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine. Il exhorte le ministre des Transports, M. Robert Poëti, d’augmenter les budgets, afin de soutenir l’amélioration du réseau routier.

« La moindre des choses, ce serait de maintenir l’engagement que le gouvernement avait pris envers les citoyens. Le ministre vient à Bonaventure pour nous annoncer qu’il y a 11 millions de dollars de moins d’investis dans le réseau routier que lors de la période précédente. L’été dernier, le gouvernement avait annoncé qu’il investirait 119 millions $ pour la réfection des routes pour la période 2014-2016. Aujourd’hui, c’est 108 millions $ pour la période 2015-2017. C’est décevant », a déclaré Sylvain Roy.

Rappelons qu’en avril 2013, le gouvernement du Parti québécois avait annoncé des investissements de près de 168 millions de dollars pour la réfection des routes dans la région pour l’année 2013-2015. Le député de Bonaventure déplore la diminution constante des montants. Cette diminution a des conséquences négatives sur la situation socio-économique.

« Moins on investit, moins les gens travaillent. La région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine a un taux de chômage qui est plus du double de celui de l’ensemble du Québec. Les emplois dans le domaine des infrastructures routières sont essentiels pour notre région et le gouvernement doit le comprendre. En deux ans, couper les budgets de 60 millions, c’est inacceptable », a ajouté M. Roy.

Enfin pour le député, le ministre Poëti doit annoncer le plus rapidement possible le financement pour le réaménagement de la route 132 à Pabos Mills, à l’ouest de Chandler. « M. Poëti a dit qu’il s’en occuperait. Les citoyens s’attendent à des actions rapidement, dans ce secteur où il y a une courbe considérée comme la plus dangereuse au Québec », conclut Sylvain Roy.

– 30 –